Patrice Gogue


étudiant aux Beaux-Arts de Toulouse

Portfolio — Axes de recherches — Cartes — À propos

195-196...


2016

Installation d'un dessin accompagné d'un wall drawing

195-196...195-196...195-196...195-196...195-196...


Les portails des entrepôts de marchandises fonctionnent de façon très opaque. Ce sont des "plugs" conforment aux normes internationales sur la taille des conteneurs. Le camion arrive, colle l'arrière à l'entrepôt, c'est tout ce que l'on peut voire.
Ce dessin illusioniste implique un creux, un trou dans le mur, tout comme les véritables portails. Pourtant il n'y a là qu'un "mimesis", une imitation plate qui n'a rien derrière, juste un mur.
 Sa taille (échelle 1) est très imposante, elle écrase le spectateur. Il y a un caractère sublime dans sa forme, fascinante par sa brillance et terrifiante par sa taille et sa hauteur d'accrochage. 
Ce dessin est aussi un sacrifice, sacrifice de temps et de santé par l'usage du fusain en masse. Cela fait écho au "nécessaire" sacrifice d'espace et de vie que demande ce type d'aménagement.
Le nombre d'entrée est impliqué par le nombre 195 et celui qui le suit. Cette installation respecte l'échelle réel qui n'est pas celle de l'Homme. Elle est celle d'un monde où la survie de l'espèce humaine est devenu la principale préoccupation, sans limite de moyen pour atteindre cette fin (vivre pour vivre ou survivre).*

*à voir la condition de l'homme moderne et la façon dont les préoccupations de l'animal laborans (celui qui travaille pour survivre et adoucir ses peines) sont devenus celle de l'homme dans son ensemble, tuant de fait le sens que l'on pouvait donner à la civilisation.