Patrice Gogue


étudiant aux Beaux-Arts de Toulouse

Portfolio — Axes de recherches — Cartes — À propos

Il y est cinquante ans


2017

Trompe l'oeil au fusain sur placo blanc, 650x500.

Il y est cinquante ansIl y est cinquante ansIl y est cinquante ansIl y est cinquante ansIl y est cinquante ansIl y est cinquante ansIl y est cinquante ansIl y est cinquante ans


Du placo blanc pour masquer 200 ans d'histoire. À jamais figé en noir et blanc dans la photographie il est re-présent en surface comme un fantôme par le charbon. Le dessin est bientôt effacé et recouvert. L'épaisseur de nos couches de peinture blanche grandit et nous écarte du passé. Nous sommes dans l'éternel instant aveugle. Continuerons-nous jusqu'à l'oubli, au point de casser le file et perdre le canevas qui nous lit ? 
-----
Ce dessin est une représentation d'après des photographies d'archives de l'école des beaux-arts de Toulouse. Comme beaucoup d'écoles d'art réformés après les deux guerres, le "white cube*" domine. Ainsi on masque les colonnes et les ornements, on déforme l'architecture en la masquant. Le placo fonctionne sur le même mode que le décor en théâtre ou au cinéma, il s'agit de boucher la vue. Or c'est ici une négation pure et simple du passé historique sur une exigence purement moderne et contemporaine très discutable car grossière dans ce qu'elle prétend avoir de neutre.
Il s'agissait ici de composer avec le placo blanc : l'affirmer en tant que support et le nier en tant qu'idéologie en faisant ressortir ce qu'il masque. 

*terme théorisé par Bryan O doherty, le white cube est une neutralisation de l'espace d'exposition, tout doit être blanc, aucun élément décoratif n'est toléré afin de ne pas gêner la lecture de l'oeuvre.