Patrice Gogue


étudiant aux Beaux-Arts de Toulouse

Portfolio — Axes de recherches — Cartes — À propos

Il y est cinquante ans II


2018

Dessin mural et moulage(240x135)x2, platre, filasse charbon corde

Il y est cinquante ans IIIl y est cinquante ans IIIl y est cinquante ans IIIl y est cinquante ans IIIl y est cinquante ans II


Ce projet a été mené avec Estrella Calloix aux beaux-arts de Toulouse (isdat). C'est une critique sur le white cube et ses exigences qui ont transformé la structure de l’école (voir aussi le premier essai : http://www.patricegogue.com/projet_il-y-est-cinquante-ans). Ce lieu a subit beaucoup de changements : hospice, manufacture de tabac puis école d’art. Plus récemment, une grosse partie de l’architecture fut «neutralisée» par la forme du white cube. Celle-ci vient couper les dallages, les colonnes, masquer les ornements, recomposer les espaces que nous traversons.
Nous voulions réaliser deux pièces qui puissent rappeler la forme architecturale passé en la ramenant dans la présence. Derrière cette cimaise blanche se trouve une fenêtre dont on a l'accès seulement par l'extérieur. Le moulage a donc été réalisé dehors puis ramener sur la cimaise afin de souffler du charbon dans la contre forme du moulage. Ainsi j'ai pu retravailler autour de ce "pochoir" au bonne dimension de la fenêtre et en m'inspirant d'une image d'archive.
Ce rappel historique reste partiel puisque nous gardons le white cube comme support et que nous sommes limités par une histoire fragmentaire (image d’archive, observations limitées, témoignages). Nous avons donc choisis de garder l'aspect fantomatique du dessin et la fragilité du moulage.

Ce passé fragmentaire, la difficulté de le ramener à la présence, est la condition historique moderne. Il serait peut-être impossible de rétablir le lien au passé de façon exacte. Mais pour un instant, dans un espace où le temps est suspendu, le passé est présent.*

*À voir la 
gravure de Durer «Melencholia» analysée par Giorgio Agamben comme ange de l’art en réference à l’ange de l’histoire de Walter Benjamin d’après l’ «Angelus Novus» de Paul Klee.